SCOLARITÉ

Après l'école obligatoire un Vaudois sur cinq passe par une passerelle

Par ATS le 17.12.2011 à 09:06

En 1978, 27% des jeunes entraient au gymnase après l’école obligatoire. En 2010, cette part s’élève à 38%.

Après l’école obligatoire, le passage au gymnase ou à l’apprentissage n’est plus automatique. Dans le canton de Vaud, un jeune sur cinq passe par un dixième année ou par une autre passerelle. Cette proportion a quadruplé en vingt ans.

L’enquête «Choix 2010», publiée vendredi par Statistique Vaud, a recensé les projets de formation ou professionnels de 7598 jeunes achevant leur scolarité obligatoire dans le canton en été 2010. Ces élèves étaient âgés en moyenne de 16,5 ans, 27% étaient d’origine étrangère. Neuf jeunes sur dix ont effectué l’entier de leur scolarité en français.

Réalisée périodiquement depuis 1978, cette étude permet de mesurer l’évolution des choix de formation. Premier constat: les études au gymnase se sont démocratisées en trente ans. En 1978, 27% des jeunes entraient au gymnase après l’école obligatoire. En 2010, cette part s’élève à 38%.

Importance des passerelles

Les passerelles ont pris une importance croissante depuis leur apparition au début des années 1990. Un élève sur cinq poursuit directement son cursus dans une filière de transition (OPTI, préapprentissage ou semestre de motivation). Sept pour cent des jeunes font un raccordement pour obtenir le certificat de la voie immédiatement supérieure.

Un quart des jeunes commence directement un apprentissage, contre la moitié dans les années 1980. Cette baisse traduit en fait un report de l’entrée en formation professionnelle, les jeunes intercalant un passage par une ou plusieurs mesures de transition. Cette situation reflète une «complexification du parcours professionnel», selon l’étude.

Les chances de passer par une passerelle sont plus grandes si l’élève provient d’une classe de développement (52%), de la voie à options (VSO - 40%) que de voie générale (VSG - 20%). En voie baccalauréat, 87% des élèves continuent au gymnase, 8% se dirigent vers l’apprentissage. En VSG, la proportion d’apprentis est de 38% et de 30% en VSO.

Choix marqués selon les genres

Le choix des métiers reste très marqué selon les sexes. Les filles recourent à une palette moins large que les garçons, elle choisissent entre 64 professions contre 109. De plus, quatre métiers regroupent à eux seuls la moitié des filles, contre onze pour les garçons.
Fin septembre 2010, seuls 110 jeunes n’avaient aucune solution (1,4%, un tiers de moins qu’en 2005). Ce sont le plus souvent des garçons (58%), de nationalité suisse (55%) venant de VSO (49%) ou de VSG (35%).

Le vignoble vaudois !

Services
  • Commandez dès maintenant votre livre !

Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Sondage

Vous offrez-vous des croisières sur les bateaux Belle Époque du Léman?