Transports publics

Les trolleybus pourraient disparaître de La Chaux-de-Fonds

Par ATS le 21.04.2011 à 12:35

La compagnie des Transports régionaux neuchâtelois (TRN) veut remplacer sa flotte de véhicules électriques par des bus hybrides d’ici 2014. L'annonce de ce projet suscite une vive opposition.

Le projet de démantèlement du réseau de trolleybus en ville de La Chaux-de-Fonds suscite une vive opposition.

La compagnie des Transports régionaux neuchâtelois (TRN) veut remplacer sa flotte de véhicules électriques par des bus hybrides d’ici 2014.

La mesure est motivée par un «gaspillage de ressources énorme», explique Jean-Michel von Kaenel, directeur des TRN, dans une interview parue jeudi dans «L’Impartial» et «L’Express».

A commencer par les chantiers et les manifestations qui impliquent l’immobilisation des trolleybus et le recours à des autobus.

Pas un cas isolé

De plus, un trolleybus articulé coûté 1,3 million de francs l’unité, contre 800’000 francs à un million pour un bus hybride.

Sans compter que la métropole horlogère s’apprête à réaménager sa place de la gare, ce qui occasionnera un investissement de 2,3 millions pour modifier les mâts et les lignes électriques.

La troisième ville de Suisse romande n’est pas un cas unique en matière d’abandon de réseau de trolleybus, malgré des temps qui veulent promouvoir l’électricité au lieu du pétrole.

Lugano, en 2000 déjà, a choisi de démanteler son réseau, faisant au passage disparaître les toiles d’araignée des rues de la cité tessinoise.

Depuis, d’autres villes ont suivi le mouvement comme Bâle et Thoune (BE), rappelle Jean-Michel von Kaenel.

Les TRN exploitent actuellement douze trolleybus, articulés ou simples, sur leur réseau de La Chaux-de-Fonds, où ce mode de transport a été introduit en 1949.

Des oppositions

L’annonce du projet d’abandonner les trolleybus a suscité une vague de réactions tant dans la population qu’au niveau politique.

Les Verts de La Chaux-de-Fonds ont fait connaître leur opposition, en arguant notamment qu’un moteur hybride électricité-diesel polluait certes moins qu’un moteur diesel mais plus qu’un trolleybus.

Les TRN, entité qui réunit les transports publics des Montagnes neuchâteloises, du Val-de-Ruz et du Val-de-Travers, vont grandir l’an prochain.

En 2012, la compagnie devrait en effet fusionner avec les Transports publics du Littoral neuchâtelois (TN), avec siège à La Chaux-de-Fonds.

Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Sondage

Vous offrez-vous des croisières sur les bateaux Belle Époque du Léman?