Islam et sport

«J’irai jusqu’au Tribunal fédéral pour mon voile»

Par Zurich le 12.03.2011 à 11:47

Sura al-Shawk n’a plus le droit de pratiquer le basket à cause de son voile. Elle porte l’affaire devant la justice

Son histoire a fait couler beaucoup d’encre dans le monde. Il y a un an et demi, la basketteuse lucernoise Sura al-Shawk était interdite de matches par l’association Probasket parce qu’elle refusait d’enlever son voile sur le terrain. Après plusieurs recours auprès de l’association régionale et de Swiss Basketball, elle porte l’affaire devant la justice. «Je suis prête à aller jusqu’au Tribunal fédéral pour garder mon voile», prévient la Suissesse d’origine irakienne.

En début de semaine, son avocat a déposé une plainte contre Probasket auprès du juge de paix de Kriens (LU). «Nous estimons que cette interdiction est une atteinte à la personnalité», lance Daniel Vischer, également conseiller national (Verts/ZH). Le tribunal doit tenter de concilier les deux parties.

Pour l’association sportive, le voile est problématique car il risque de blesser une autre joueuse. Elle se réfère à ses statuts qui interdisent le port d’un foulard sur le terrain. Un règlement que Sura al-Shawk, aujourd’hui âgée de 20?ans, avait signé il y a trois ans lors de l’obtention de sa licence. «A l’époque, je ne portais pas encore le voile, précise-t-elle. J’étais jeune, j’ignorais qu’une telle interdiction pouvait exister en Suisse, puisque d’autres sports, comme le football ou le handball, tolèrent le voile.»

L’étudiante estime que les justifications de son association sont «ridicules». «Une queue-de-cheval peut être bien plus dangereuse, dit-elle. Pour moi, le contexte politique et la peur de l’islam jouent un rôle dans cette affaire. Il y a dix ans, mon foulard n’aurait pas posé de problème.»

Créer une jurisprudence

Son voile n’a d’ailleurs été remarqué qu’après son transfert du club de Buchrain-Ebikon à celui de Lucerne, évoluant en 1e?ligue. Après l’interdiction de Probasket, la joueuse avait, une première fois, porté l’affaire devant le Tribunal d’instance de Lucerne pour demander une autorisation provisoire de jouer. La Cour la lui avait refusée. Pour le juge, la plaignante devait d’abord épuiser tous les recours possibles auprès de Probasket et de Swiss Basket avant d’entamer une action judiciaire.

Contactée par le Tages-Anzeiger, Probasket n’a pas souhaité prendre position sur cette nouvelle plainte. De son côté, Swiss Basketball campe sur ses positions: «La situation n’a pas changé depuis les décisions prises par le Tribunal d’instance et notre commission de recours», indique François Stempfel, le directeur.

«Les deux organisations n’ont pas cessé de se renvoyer la balle, déplore Daniel Vischer. Face à ces blocages, il ne nous reste que la voie judiciaire.» Si le juge de paix, qui n’a pas encore fixé l’audience, ne parvient pas à trouver d’accord entre les deux parties, l’avocat ira jusqu’au Tribunal de Lucerne, puis devant les juges cantonaux et même au Tribunal fédéral.

Estimant que le cas de sa cliente n’est pas le seul en Suisse, il espère créer une jurisprudence qui s’appliquerait à tous les clubs de sport. «Il est temps qu’un tribunal dise si la liberté religieuse est plus importante qu’un règlement d’association», affirme-t-il.

En attendant, Sura al-Shawk reste privée de terrain. «Avant, j’allais voir les matches de mon équipe depuis le banc, conclut-elle. Maintenant, ça me fait mal de ne pas pouvoir participer. Alors, j’entraîne une équipe d’enfants. Et ni eux ni leurs parents ne s’offusquent de mon voile.»

Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 824 124, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Service clients CP 585 - 1001 Lausanne

Sondage

Mondial 2014: la Suisse a-t-elle une chance de passer en huitièmes de finale?




Sondage

Vous offrez-vous des croisières sur les bateaux Belle Époque du Léman?