TÉLÉVISION

A 22?ans, Thomas choisit de mourir face caméra. Un documentaire-choc

Par Rebecca Mosimann / GuideLoisirs le 14.10.2009 à 00:01

La réalisatrice neuchâteloise Orane Burri livre ce soir sur TSR1 un documentaire poignant sur le suicide de son ami Thomas. Le jeune homme avait prémédité son acte et filmé les derniers mois de sa vie.

«C’était il y a dix?ans. Mon ami Thomas a mis fin à ses jours de manière brutale. Il a tout préparé à l’avance et filmé les six derniers mois de sa vie avec l’intention que quelqu’un fasse un film sur lui, sur son génie, sur son mal-être», explique la réalisatrice Orane Burri. Et c’est elle que Thomas a choisie pour réaliser son macabre dessein. De cette tragédie, la jeune femme de 27?ans en a fait un documentaire bouleversant, Tabou, diffusé ce soir sur TSR1.

A l’époque des faits, Orane Burri fréquente le même club de vidéos amateurs que Thomas à Neuchâtel. Elle a 17?ans, lui 22. Tous deux rêvent de faire du cinéma leur métier. Jusqu’au moment où Thomas s’isole progressivement. Amoureux de la jeune fille qui se refuse à lui, il confie sa déception sentimentale et son mal-être face caméra avant d’en finir avec la vie d’une rafale de fusil d’assaut. Sous le choc, Orane Burri attendra trois ans avant de visionner les rushes. «Je me suis dit que tant que je n’avais pas pris la décision de faire le film, je ne verrai pas les cassettes. Soit j’acceptais ce cadeau empoisonné, soit je le refusais dans sa totalité, confie-t-elle. Simplement je l’ai fait avec mes propres règles et non pas comme Thomas l’aurait souhaité.»

La parole aux proches
A travers ce témoignage unique, la réalisatrice, installée aujourd’hui à Paris, montre les mécanismes intérieurs qui habitent un suicidaire et ouvre le dialogue sur un sujet encore tabou. «J’ai pensé d’abord aux gens qui ont vécu le suicide de quelqu’un, qui l’ont éventuellement pressenti sans n’avoir rien pu faire.»

Les scènes où Thomas s’exprime dans son journal vidéo intime sont psychologiquement violentes. Il explique avec une méticulosité effrayante ses angoisses, ses égarements, sans oublier les détails morbides de la mise en scène de sa propre mort. En contrepoint, Orane Burri donne la parole à la mère et la sœur de Thomas ainsi qu’à deux de ses amis. L’occasion de chercher à comprendre le pourquoi de son geste. Mal à l’aise, choqué, le téléspectateur éprouve un sentiment troublant après ces cinquante-deux?minutes.

Tabou atteint sa cible: soulever de vraies interrogations sans tomber dans un pathos inutile. Même si Orane Burri a refusé de recueillir l’avis de spécialistes de la prévention du suicide. «Je ne voulais pas de point de vue médical mais celui de proches à qui c’est arrivé.»

La TSR diffusera Tabou avec le logo rouge suivi d’un débat mené par Esther Mamarbachi dans Infrarouge. «La discussion permettra de digérer le film et d’aborder la question de la prévention du suicide en Suisse», précise la journaliste.

Tabou, diffusé ce soir à 20?h?05 sur TSR1.

Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 824 124, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Service clients CP 585 - 1001 Lausanne

Sondage

Mondial 2014: la Suisse a-t-elle une chance de passer en huitièmes de finale?




Sondage

Vous offrez-vous des croisières sur les bateaux Belle Époque du Léman?