FEDERALES

L’UDC va-t-elle atteindre la barre des 30% des voix?

Par Arthur Grosjean le 23.10.2011 à 00:00

Les Suisses élisent aujourd’hui leur Parlement. Résumé des enjeux d’une élection déterminante pour la composition du Conseil fédéral que nous suivrons en direct.

Jour J pour les élections fédérales. A midi, les bureaux de vote seront fermés et ce soir la Suisse aura un nouveau Parlement pour les quatre prochaines années.

Nous suivrons le dépouillement en direct dès 12h et nous vous donnerons à chaud les résultats, les surprises, les réactions et les analyses du scrutin. Nous vous dirons également quelles conséquences le vote d’aujourd’hui aura pour l’élection du Conseil fédéral le 14 décembre.

La droite nationaliste va-t-elle à nouveau triompher? La gauche va-t-elle progresser ou stagner ? Le PLR doit-il se préparer à une cinglante défaite ? Quels verts profiteront électoralement de l’accident de Fukushima ? Tels sont quelques uns des enjeux de cette journée. Nous les résumons ci-dessous :

La barre historique des 30% pour l’UDC. L’UDC restera ce soir le premier parti de Suisse. Ce n’est contesté par personne, ni à droite ni à gauche. En 2007, le parti de Christoph Blocher avait gagné les élections en remportant 28,9% des suffrages. La question qui se pose aujourd’hui: peut-il atteindre la barre des 30% au Conseil national avec sa campagne contre l’immigration massive? Ce serait historique. En effet, aucun parti suisse depuis 1919, date de l’entrée en vigueur du scrutin proportionnel, n’a jamais atteint ce niveau. L’UDC n’aura pas la partie facile pour atteindre cet objectif car il lui faut compenser les voix (environ 3%) qui sont parties vers le parti dissident du PBD (Parti bourgeois démocratique).

La chute de la Maison PLR? Les derniers sondages donnent la famille radicale-libérale largement perdante. Un échec qui serait accentué par l’irruption du PBD et par la décision du PLR de ne faire aucune alliance électorale pour grappiller ici ou là un siège en ballotage. On évoque même un PLR qui serait pratiquement au même niveau que le PDC autour des 15% des voix. Cerise sur ce gâteau amer : au Tessin, Fulvio Pelli, le président suisse du PLR, ne serait pas sûr d’être réélu selon un sondage effectué par le Giornale del Populo.  Il faudra vérifier si le tableau est aussi noir que cela ou si le PLR a pu mobiliser ses troupes à la dernière minute.

Le PS à 20% grâce à la crise? La crise de l’euro et une situation qui se tend au niveau économique favorisent-elles la gauche qui milite pour plus de protection des travailleurs ? Si c’est le cas, le parti socialiste dépassera la barre des 20% qu’il n’avait pu atteindre en 2007. Le parti joue gros car il doit défendre son deuxième siège au Conseil fédéral. Un mauvais résultat, notamment en Suisse romande, le mettrait dans une position délicate surtout si l’UDC progresse dans le même temps.

Le PDC récompensé sur l’atome? Le PDC a beaucoup reculé dans les cantons ces dernières années. On s’attend donc à ce qu’il suive le même mouvement au niveau national où il avait réalisé 14,5% des voix en 2007. Le parti a cependant changé de stratégie en tournant le dos à l’énergie atomique. Il est le seul grand parti de droite à avoir pris cette option. Est-elle payante? On le saura bientôt. En tout cas, le parti a assuré ses arrières en passant des alliances tous azimuts pour grappiller les sièges en ballotage.

Verts libéraux contre Verts. C’est le match entre les frères ennemis. Les verts libéraux, positionnés à droite, vont progresser grâce à Fukushima. Reste à savoir s’ils atteindront les 5% comme le donne un dernier sondage. Les Verts traditionnels, marqués à gauche, marquent le pas. Ils se voient contester  leur leadership en matière écologique par le PDC et surtout par le PS. Ils devraient rester en dessous de la barre des 10%.

Conseil des Etats : l’UDC va se casser les dents. L’UDC est très forte au Conseil national mais c’est un nain dans la Chambre des cantons. Elle n’y occupe que 7 sièges sur 46 alors que le groupe PDC en compte 15, le PLR 12 et les socialistes 9. L’UDC a donc décidé d’envoyer ses poids lourds Christoph Blocher, Toni Brunner et Caspar Baader à l’assaut de la forteresse des Etats. Mais comme le scrutin est majoritaire, il favorise les partis centristes plus rassembleurs et moins profilés. On s’attend donc à ce que les candidats vedettes UDC aux Etats mordent la poussière. Sinon, il n’y aura pas  beaucoup de mouvements au Conseil des Etats où les sortants partent toujours avec une longueur d’avance.

je pense que l'UDC va dépasser la barre des 30%, je serais fort étonnée du contraire. Et les socialistes feront un excellent score aussi.

Mais .... je ne suis pas voyante !

Je m'informe, j'observe et j'attends comme vous les résultats ce soir !

Ce se aerait bien malheureux... mais les abstentionnistes "leurs auront ouvert" la voie... ainsi, nous risquons de deveinir le gouvernement d'Europe le plus fasciste après la Serbie !!!!!!!!!!!

D'une part, vous êtes visiblement pas assez instruit pour connaitre réellement la définition du fascisme, d'autre part on fait sans aucuns doutes partie des pays d’Europe les mieux gérés. Réfléchissez un minimum avant de parler!

Biens immobiliers

Marché
Recherche immobilière

Liens Immobiliers
Déménager
Comparer hypothèques
Habiter
Publier une annonce
Saisir votre annonce

Sondage

Vous offrez-vous des croisières sur les bateaux Belle Époque du Léman?




Service clients

Contact
  • Abonnement et renseignements
    Nous contacter lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
    Tél. 0842 824 124, Fax 021 349 31 69
    Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
    Adresse postale:
    Service clients CP 585 - 1001 Lausanne